Mise en ligne le 6 juillet – Maj le 29 juillet 2022

Des amalgames indignes

Un crime abominable a été commis au sein de l’un de nos établissements lyonnais, qui a coûté la vie à un nourrisson de 11 mois. Nous sommes d’autant plus sous le choc que l’une de nos professionnelles est impliquée.

Certains médias ont osé faire un rapprochement entre ce meurtre et les conditions de travail des professionnels en crèche, allant jusqu’à parler de dérives et de maltraitances, n’hésitant pas à bafouer la dignité de nos équipes.

Nous avons décidé de contrer chacun d’entre eux qui utilise des témoignages invérifiables pour jeter le discrédit sur le travail quotidien de 6 000 professionnels et de l’ensemble du Groupe People&Baby.

Nous subissons injustement les conséquences émotionnelles d’un tel drame. Nos équipes ont versé beaucoup de larmes depuis le 22 juin.

Tous ensemble, nous n’avons et n’excuserons jamais le moindre comportement inadapté vis-à-vis d’un enfant.

Nous réfutons l’ensemble des allégations proférées contre le Groupe lors des témoignages télévisuels et ce, sans exception. Nous démontrerons point par point l’inexactitude des propos relayés et l’absence de crédibilité des personnes interviewées. De fait, des plaintes en diffamation contre TF1, France Info et RMC ont été déposées.

Nous savons la confiance que nous font les autorités publiques, nos professionnels, et bien-sûr les familles qui nous choisissent librement pour la recherche permanente du bien-être de leurs enfants. Tous les jours, nous sommes animés pour nous en montrer plus dignes. L’immense mérite en revient à nos équipes !

Que ce soit nos équipes sur le terrain dans les 700 crèches en France ou bien nos équipes siège, toutes ont à cœur d’être au service du développement de vos enfants : nous en sommes très fiers !

Nous recevons chaque jour de nombreux messages de soutien de la part de nos 6 000 professionnels, des 14 000 parents, de nos partenaires, des 150 collectivités et des 1 500 clients-entreprises que nous accompagnons. Ils nous font chaud au cœur et redonnent du sens à toutes celles et tous ceux qui ont fait le choix de travailler dans la petite enfance. Un grand merci à tous.

Sachez que nous restons mobilisés pour qu’aucun amalgame ne soit fait entre l’acte tragique et inexcusable d’une ex-collaboratrice et l’engagement quotidien sans faille de 6 000 professionnels.

___________________
 

En résumé, sur les principales allégations :

Depuis le 22 juin, la presse a publié une série de témoignages qui s’avèrent tous sans fondement. Voici en résumé et en toute transparence nos actions qui concernent : deux plaintes de parents, deux témoignages inexacts de collaborateurs ayant quitté l’entreprise, et un témoignage fictif d’une soi-disant ex-directrice :

  • La plainte d’un parent classée sans suite depuis 2 ans, suite à la morsure d’un enfant par un autre : il n’y a donc aucune maltraitance commise par une professionnelle. People&Baby a déposé une plainte pour diffamation le 18 juillet 2022 pour les propos tenus.
  • La plainte d’une maman dans une crèche du Nord concernant un soi-disant acte de maltraitance démenti par toute l’équipe. Durant 3 ans, la famille apprécie la qualité d’accueil de la crèche puisqu’elle lui confie ses 3 enfants, deux d’entre eux bénéficiant d’une participation employeur gratuite prise en charge par People&Baby. La directrice et son adjointe démentent les soi-disant faits de rougeurs sur le cou constatés par la maman ; leurs propos sont soutenus par la psychologue de la crèche qui souligne le caractère combatif de l’enfant qui nécessite un cadre. La plainte ayant été classée sans suite, cette famille a tenté d’adjoindre d’autres parents sans leur accord pour réouvrir la procédure (parents pleinement satisfaits de l’accueil de leur enfant). Les professionnelles sont présumées innocentes. People&Baby dépose une plainte pour diffamation pour les propos tenus.
  • Le faux témoignage d’une soi-disant ancienne directrice introuvable parmi les anciens effectifs de people&baby.
  • Le témoignage d’une ancienne salariée partie en mauvais termes, dénonçant un défaut d’encadrement qui la mettrait elle-même en cause directement s’il était avéré (puisqu’interdit dans le groupe). Après une enquête minutieuse, il s’avère que toutes ses autres affirmations sont fausses. Elle est elle-même signataire de l’interdiction de dépasser les taux d’encadrement dans sa crèche et fait l’objet d’une citation à comparaître pour ses propos mensongers.
  • Le témoignage d’une famille aux Mureaux qui, profitant de l’amalgame médiatique, invente des faits de maltraitance qu’aurait subi son enfant, quelques jours après son éviction de la crèche pour son comportement insultant et agressif vis à vis d’autres familles et des professionnels. Malgré son insistance auprès de la direction de la structure pour maintenir sa place en crèche, elle retourne soudainement la situation en déposant une plainte 100 % mensongère : aucun enfant n’a été maltraité ou secoué. Une citation à comparaître est déposée semaine du 18 Juillet.

Ces faux témoignages seront tous condamnés car ils mettent en cause la probité des professionnels dont la valeur-clé est la bienveillance (voir notre charte des pratiques professionnelles et nos procédures administratives). Si vous souhaitez en savoir plus, sur l’engagement RSE & bienveillance de People&Baby depuis sa création, veuillez envoyer une demande d’information à communication@people-and-baby.com.

Ces tentatives de discrédit médiatique affectent nos équipes qui ne reconnaissent pas ces accusations qui n’ont aucun rapport avec un meurtre avoué d’un bébé de 11 mois.

Les familles de nos crèches et nos clients entreprises et collectivités ne s’y trompent pas ; chaque jour, nous recevons de nombreux messages de soutien et de reconnaissance de la qualité d’accueil de nos crèches et nous les remercions.

 

Pour en savoir plus :

1/ - Sur quels faits infondés la PMI a-t-elle décidé de fermer provisoirement une crèche de Bordeaux ? (mise à jour le 29 juillet)

2/ - Pour résilier sans frais une place en crèche, il suffit de respecter le préavis contractuel.

3/ - Quels sont les faits au sujet d’une accusation de maltraitance aux Mureaux ?

4/ - Quels sont les faits factuels à propos des deux anciennes procédures ?

5/ - Pourquoi le ratio d’encadrement ne peut-il jamais être dépassé ?

6/ - Quelles sont les premières mesures prises depuis le drame survenu à Lyon ?

7/ - Pourquoi la qualité de vie au travail est-elle une priorité ?

8/ - Quelle est l’attractivité du Groupe vis-à-vis des professionnels de la Petite Enfance ?

9/ - Comment le Groupe People&Baby commande-t-il ses repas pour les enfants ?

10/ - People&Baby, unique groupe indépendant familial.

 

 

 

 

1/ - Sur quels faits infondés la PMI a-t-elle décidé de fermer provisoirement une crèche de Bordeaux ?

Mise à jour le 29 juillet 2022

La PMI décide de fermer une crèche à une semaine des vacances mettant dans l’embarras 32 familles, puis part en vacances, et ne répond plus au téléphone depuis ce vendredi 22 juillet.

En violation avec toutes les procédures légales, la PMI de Bordeaux informe People&Baby vendredi 22 juillet à 17h30 par téléphone, qu’un arrêté de fermeture provisoire a été pris pour la crèche Eden Art (32 places) à Bordeaux, qui accueille une trentaine de familles en cette fin juillet.

Cet arrêté de fermeture provisoire est inédit en 18 ans pour le groupe People&Baby qui opère 700 crèches en France, dont 32 en région bordelaise. Il fait suite à une visite du 11 juillet de la crèche où tout a été constaté conforme, avec un taux d’encadrement parfaitement en règle, confirmé dans un entretien téléphonique le 12 juillet avec la responsable opérationnelle. Cette visite n’a donné lieu à aucun compte-rendu écrit ni courrier de demande d’explication ou d’observation comme le voudrait la procédure.

Le médecin contrôleur n’évoque lui-même pas de dysfonctionnement à part du turnover, constate les activités des enfants, passe une heure dans la crèche, est informé de l’arrivée en septembre d’une nouvelle directrice, ainsi que des travaux de rénovation qui commencent dans 8 jours.

Cette décision aberrante à une semaine des vacances scolaires semble avoir trouvé son origine, selon les éléments communiqués par la PMI, dans le signalement d’un voisin ayant remarqué une altercation entre 2 professionnelles sur le parking devant la crèche il y a 5 mois en mars dernier, puis ensuite dans la réception d’un courrier de contestation qui pourrait avoir été envoyé par 3 professionnels licenciés entre mars et juin, associé à 3 départs spontanés de membres de l’équipe pour mutation dans notre réseau ou convenances personnelles. Ceci donne à juste titre une impression de fort turnover aux parents et aux équipes justes avant les vacances, mais rien en tous cas qui ne puisse justifier une fermeture administrative aussi brutale un vendredi soir, à une semaine des congés d’été.

Ces mouvements de personnel sont en lien avec un plan d’actions pour justement redynamiser l’équipe pour la rentrée à l’occasion de l’arrivée de la nouvelle directrice, et de la rénovation prévue en août (permettant par exemple la création d’une vraie salle de pause qui n’avait jamais pu être effectuée depuis que la crèche existe).

C’est pourtant à la demande de la Ville de Bordeaux que People&Baby avait accepté de reprendre la crèche en déshérence en juin 2019. Cette structure, n’ayant jamais eu de contrôles ni d’obligations particulières ou menaces de fermeture, était dans un état sanitaire inadmissible et disposait pourtant d’un agrément depuis son ouverture en 2016.

Mais depuis juin 2019, avec une société privée gestionnaire, la PMI a revu son niveau d’exigence qui trouve son paroxysme avec cet arrêté de fermeture qui provoque, par ricochet, la décision trop rapide de Madame l’Elue de la petite enfance de résilier le contrat de réservation de la Ville avec People&Baby, tout en demandant de poursuivre l’accueil des familles en les recasant donc sans contrat… mettant ainsi 19 familles à la porte et 32 familles sans solution dès fin août.

La PMI est aux abonnés absents donc en vacances depuis vendredi mais nous fait cependant parvenir ce jour un courrier daté du 20 juillet expliquant de façon étonnante et de manière laconique, que si nous faisons bien ce que nous avons déjà proposé et prévu nous-mêmes, nous pourrions rouvrir fin août… Alors pourquoi cet arrêté surprise de fermeture ?

Si la PMI reconnait, selon ses dires, dans ses propres services du département un problème de sous-effectif depuis plusieurs années accompagné d’un turnover pour justifier l’absence de la rédaction de compte rendu des visites du 15 mars et 11 juillet 2022, cela n’excuse pas la fermeture abusive et précipitée d’une crèche évoquant un signalement en mars dernier qui a été volontairement dissimulé par la PMI lors d’une réunion en avril.

Les deux visites de contrôle en mars et juillet, n’ont fait que constater un turnover, avec des équipes en nombre conforme, un respect des plannings, des activités, et des enfants en sécurité.

La PMI affirme que nous ne respectons pas le taux d’encadrement ce qui est absolument faux comme démontré précisément ci-dessous, état des lieux lors des 2 derniers contrôles inopinés :

  • Le 11/03, 35 enfants étaient présents pour 9 professionnels dont 40 % de personnel diplômé soit 1 professionnel de + que ce qu’impose le décret du 30 août 2021
  • Le 11/07, 30 enfants étaient présents pour 8 professionnels soit 1 professionnel de + que ce qu’impose le décret du 30 août 2021. L’équipe dont 41,25 % est diplômée était constituée de :
    • 2 Educatrices de Jeunes enfants (EJE)
      • 1 infirmière puéricultrice
      • 1 psychomotricienne
      • 4 agents de puériculture

A noter : People&Baby est le seul réseau de crèche qui dépasse les obligations d’encadrement avec 2 professionnels à l’ouverture le matin et lors de la fermeture le soir, dans toutes les structures de son réseau.

La PMI a annoncé qu’elle souhaiter contrôler tous les établissements bordelais de People&Baby alors que c’est au contraire People&Baby qui a demandé le contrôle de tous ses établissements à toutes les PMI de France (voir le courrier envoyé à la PMI de Bordeaux) pour démontrer que le respect des ratios est une règle appliquée par la plupart des crèches sur le territoire.

Cette affirmation peut paraître anodine à première vue mais elle jette la suspicion sur l’ensemble du réseau bordelais soit 240 salariés et 39 crèches.

On peut en conclure que la PMI n’apprécie pas d’être contredite sur la base de preuves, cherchant d’autres failles pour se donner raison sans reconnaître que la fermeture de la Crèche Eden Art est précipitée et abusive.

La PMI depuis une semaine cherche à contacter d’anciens salariés, invoquant faussement des directives de la Préfecture pour trouver de nouveaux éléments à charge sur Bordeaux et Toulouse : ces méthodes inadmissibles ne donneront pas raison à la PMI sur cette fermeture abusive (récolte de témoignages en cours).

Toutes nos équipes assistent incrédules à un acharnement de la PMI qui tient des propos inexactes, un discrédit médiatisé, avec des propos diffamatoires contre People&Baby.

La PMI se refuse pour l’instant à nous transmettre les signalements reçus des salariés licenciés ou d’anciens parents. Une nouvelle demande a été faite le 26 juillet.

La PMI a refusé hier, le 28/07, une réunion de médiation à notre demande, en présence de la Préfecture.

Elle prétend avoir demandé un plan d’action pour cette crèche en mars dernier ce qui est également faux : le rendez-vous de mars était général ; elle avait au contraire dissimulé le signalement d’un voisin. Nous ne pouvons que constater que nous sommes accusés de faits et d’affirmations dont nous n’avons jamais été informés.

Comment travailler avec un organisme officiel de contrôle qui dissimule les faits rapportés aux gestionnaires ?

Nous enquêtons enfin sur la visite PMI du 11/07/22 qui selon nos premières informations a provoqué des pleurs de 2 salariés et du stress chez la plupart se sentant prise en défaut pendant leur temps de travail, la PMI cherchant à démontrer une souffrance au travail alors que l’équipe était au complet.

Le équipes et les parents n’ont toujours pas d’information sur la réouverture prévue le 23 août et ne comprennent pas non plus les raisons de ces 3 mois de fermeture.

La Ville de Bordeaux pourtant solidaire depuis 10 ans a bien tenté de résilier le contrat de réservation de places le 28/07 par voie officielle, alors que tous les parents sont pourtant accueillis avec les mêmes professionnels dans d’autres crèches People&Baby.

Avec ce raisonnement, toutes les crèches de France subissant un turn-over devraient être fermées administrativement 3 mois !

People&Baby a déposé un recours gracieux car on ne ferme pas une crèche pour turnover, mais aussi sans respecter les procédures de compte rendu et d’échange. Nous comptons si nécessaire saisir le tribunal administratif pour faire valoir nos droits et nous voir indemniser de l’ensemble de nos préjudices avant le 10 août 2022. Grâce à l’ensemble des preuves, nous sommes en mesure de démontrer le respect de tous les textes et de toutes les normes d’encadrement. Le département sera condamné comme il l’a déjà été par le groupe privé Babilou.

Il est de notoriété depuis 20 ans que le département et la ville combattent des idées politiques différentes mettant les gestionnaires de crèches devant des situations et décisions ubuesques.

La PMI disposait pourtant cette fois de toutes les réponses à ses questions puisqu’elle les fait figurer justement dans son courrier du 20 juillet comme une condition pour la réouverture, mais crée un préjudice économique et d’image avec sa décision aberrante.

Que répondre aux 32 familles pour leur accueil dans 4 semaines ?

Que répondre à la nouvelle équipe motivée et prête à démarrer en septembre ?

Que répondre à la Ville qui annonce en 24 heures vouloir résilier son contrat de réservation ?

La rescousse par le privé d’une crèche locale associative en difficulté s’était pourtant très bien passée et tout le monde se félicitait alors de la qualité d’accueil de People&Baby en 2019, quelques semaines après la reprise.

Depuis 10 ans, People&Baby collabore avec succès avec la Ville de Bordeaux à travers la gestion d’une crèche et l’achat de places dans 4 autres crèches. Une relation de confiance s’est donc instaurée depuis de nombreuses années.

Nous avons fait une enquête auprès de nos équipes qui nous ont fait part du fait qu’elles n’ont jamais évoqué de soi-disant problèmes de conditions de travail et étaient au contraire aujourd’hui abasourdies et anéanties de cette fermeture remettant en cause leur travail et leur engagement.

Encore une fois, au-delà des préjudices dont People&Baby est victime, ce sont les métiers de la petite enfance, les PMI, et l’accueil en crèche, qui ne sont pas valorisés avec ces décisions hâtives.

_______________________

[Atelier parents-enfants] Le 13 juillet dernier, la crèche Eden Art a réuni les familles autour de la thématique « Le souffle dans tous ses états ». Les ateliers ont été imaginés par Sandra, notre artiste- chef de projet art&nature Sud-Ouest, qui lors des semaines précédentes a proposé aux enfants de découvrir le pouvoir de leur souffle en stimulant tous leurs sens.

https://www.youtube.com/watch?v=drSB4Qr5wPY

 

 

 

 

2/ - Pour résilier sans frais une place en crèche, il suffit de respecter le préavis contractuel.

Comme tous les gestionnaires de crèches en France, le contrat d’une place en crèche prévoit une période de préavis de 2 à 3 mois (selon les contrats) à sa signature. Les années en crèche suivent le calendrier scolaire, avec des « rentrées » en septembre. La résiliation ne peut pas prendre effet entre le 1er juin et le 31 août, où les places pour la rentrée sont réservées et les équipes organisées pour la rentrée. La résiliation est possible au 1er septembre.

Selon le type de crèches, la participation nette pour les parents revient entre 150 et 850 euros par mois. Il est donc important de respecter le préavis (de 2 à 3 mois selon le type de crèche).

Les contrats qui lient People&Baby aux familles servent à définir un cadre. Chaque rupture de contrat anticipée est étudiée individuellement pour répondre aux mieux aux situations de la famille, en fonction des crèches.

 

3/ - Quels sont les faits au sujet d’une accusation de maltraitance aux Mureaux ?

Les accusations à l’encontre de la crèche Des Mureaux, relayées le 12 juillet au matin par France Info sans avoir pris le soin de vérifier les informations au préalable, sont fausses. (Lire : Bébé violenté à la crèche People and Baby des Mureaux : le témoignage initial remis en question | 78actu)

Aucun acte de maltraitance, tel que le fait de secouer un enfant ou autre comportement n’a eu lieu dans la crèche.

La maman qui a témoigné contre les professionnels de la crèche est connue des services de la Ville et de la Protection  Maternelle et Infantile ; elle a inventé de toutes pièces des actes de maltraitance jamais avérés, suite à son éviction de la crèche le 22 juin dernier pour comportement agressif envers d’autres parents et professionnels.

Elle agit dans la foulée des reportages à charges récents, pour lesquels le groupe People&Baby a déposé des plaintes en diffamation, dénonçant une nouvelle fois l’amalgame indigne entre un meurtre avéré et avoué, et la suspicion généralisée des métiers de la petite enfance, qui œuvre au contraire chaque jour avec bienveillance auprès de chaque enfant.

Les maltraitances en crèches n’existent pas ou quasiment jamais ; les sujets de rares conflits concernent des morsures bien connues entre enfants, et des incidents propres à leur développement moteur. La bienveillance est une obligation et devoir respecté par toute la profession.

Les accusations portées par cette maman sont donc toutes fausses et nous souhaitons en apporter immédiatement les preuves suivantes :

  • Son enfant a été accueilli entre le 13 décembre 2021 et le 22 juin 2022 dans la crèche des Mureaux sur une place réservée pour la Mairie des Mureaux, avec une durée courte pour vérifier l’adaptabilité de la famille dans cette structure. En effet, la collectivité avait prévenu d’antécédents dans leurs locaux et d’alertes déjà observées dans une autre structure du Groupe Babilou.
  • Depuis son inscription en crèche, la Direction de la crèche a constaté les disfonctionnements suivants :
    • La maman fait preuve d’un comportement colérique et agressif régulièrement, ce qui permet aux professionnelles de penser que l’enfant est plus en sécurité en crèche qu’avec sa maman, même si elles doivent subir des réflexions et des altercations à plusieurs reprises entre décembre et juin.
      • La transmission des éléments administratifs permettant l’inscription est très compliquée.
      • Des menaces régulières envers d’autres parents et les professionnelles de la crèche.
      • Le 9 juin, à 17h30, Madame T. s’en est prise à une autre maman Madame M.
      • Le 9 juin, la maman a tenu des propos racistes à l’endroit de nos professionnelles devant les enfants.
      • Le 10 juin, Madame T. provoque de nouveau une altercation avec une professionnelle et lui reproche de parler trop vite lors des transmissions, et n’évoque à aucun moment un sujet d’enfant secoué. Les propos sont agressifs et la Police est appelée pour écarter Madame T. de la crèche (ainsi que sa mère). (Voir le témoignage d’une professionnelle)
      • Le 10 juin, People&Baby informe la Mairie des Mureaux de la situation de cette personne très agressive.
      • Semaine du 13 juin, l’enfant avait des examens médicaux prévus à l’avance sans rapport avec les éléments relatés dans la presse et est absent de la crèche ensuite.
      • Le 15 juin 2022 à 15h18, la Directrice de la Crèche a déposé une main courante à la Police des Mureaux pour décrire les faits.
      • Le 15 juin, la Ville des Mureaux nous confirme son accord pour mettre fin au contrat de cette famille le 22 juin 2022, pour privilégier « le bien-être des professionnelles qui est aussi une priorité pour nous et au vu des actes posés, la sécurité des agents doit être préservée ».
      • Le 15 juin, People&Baby propose un rendez-vous avec Madame T.
      • Le 16 juin, Madame T. refuse le rendez-vous proposé en présentiel et en visio.
      • Le 17 juin, Madame T. est informée par courrier de la fin de contrat au 22 juin.
      • Le 20 juin, Madame T. écrit au siège pour contester la rupture du contrat et demande de remettre son enfant en crèche. Elle n’évoque aucun problème de maltraitance.
      • Le 22 juin, la mairie nous informe que Madame T. est harcelante envers les services de la Mairie. Madame T. souhaite remettre son enfant à la crèche et contester la rupture de son contrat ; elle appelle 5 fois les services de People&Baby.
      • Le 23 Juin, People&Baby informe la PMI de la situation et des comportements inquiétants de cette maman. La PMI des Mureaux nous indique qu’il faut faire un signalement à la CRIP (Cellule de Recueil des Informations Préoccupantes), qui viendront rejoindre de précédents signalements dans d’autres crèches où Madame T avait déjà porté des accusations de maltraitance sur son enfant par le passé.
        Madame T est donc connue des services de la PMI depuis de nombreuses années et de la Ville des Mureaux.
      • Le 28 juin, la Ville des Mureaux nous demande également de faire le signalement à la CRIP.
        • Le 1er juillet, la déclaration à la CRIP est faite par People&Baby.
        • Le 5 juillet, France Info publie un article à charge non vérifié contre People&baby et appelle à la délation tous les parents constatant des maltraitances en crèche.
        • Le 7 juillet, People&baby informe France Info qu’une plainte en diffamation va être déposée.
        • Le 12 juillet, selon France Info, Madame T. aurait déposé une plainte le 6 juillet, le lendemain de l’appel à la délation. France Info détaille le contenu de la plainte dans son article.
        • Le 12 juillet, à 14h, People&baby rétablit les faits et publie le détail du déroulé exact des faits qui met hors de cause les professionnelles et tout acte de malveillance.
        • Le 13 juillet au matin, Madame M. a déposé une plainte contre Madame T.

Nous ne pouvons que regretter qu’une nouvelle fois, certains médias ne vérifient pas leurs informations avant de jeter le discrédit sur la probité du personnel de toutes les crèches en France et tentent une nouvelle fois de faire un amalgame entre un homicide volontaire exceptionnel avoué le 22 juin dernier, avec des allégations de maltraitances non prouvées, ce qui n’a absolument aucun rapport.

Nous remercions la Ville des Mureaux et la PMI pour leur collaboration. Nous remercions également nos équipes pour leur bienveillance et leur travail remarquable au quotidien pour tous les enfants accueillis à la crèche et leurs familles.

Voici le témoignage de parents de la crèche des Mureaux :

« Je viens de partager l'article de BFMTV sur mon mur Facebook. Je ne partage pas du tout les accusations menées par cette dame envers la crèche. Comme je vous le disais, mes trois enfants ont passé leur petite enfance dans cette structure et je n'ai jamais eu à me plaindre du comportement du personnel ou des responsables. Ma petite dernière se lève tous les matins, heureuse de vous retrouver. Jeanne est un prénom qu'elle prononce affectueusement depuis plusieurs mois. Il faudra vous battre pour gagner ce combat et je ne doute pas de vos compétences. Je suis disponible pour apporter toute aide ou témoignage dont vous aurez besoin. Lorsque mes aînés étaient chez People and Baby nous avions une sorte d'association des parents. Je vous suggère d'envisager d'en mettre en place. Cela vous sera surement utile pour lutter contre ces actes prémédités. Bon courage et bonne fin de journée. »

« Nous sommes touchés par ce qui arrive à l’équipe et à vous-même. On sait qu’elles donnent toute leur énergie et leur patience aux enfants. N. adore aller à la crèche, on ne peut croire une seconde les propos des médias et de cette dame. On sait que les filles doivent beaucoup être touchées par ce moment et ces accusations difficiles, on est de tout cœur avec elles. On ne remerciera jamais assez l’équipe et vous-même de vous occuper de N. comme vous le faites, chaque matin on part très serein au travail et c’est grâce à vous toutes que nous pouvons continuer à exercer notre métier, sans vous ça serait vraiment très compliqué. J’espère que le moral des filles n’est pas trop touché, les enfants vous aiment toutes et les parents aussi. Vous avez une énorme place dans l’éducation de nos enfants et dans leur cœur. Ne doutez jamais de vous, on vous embrasse toutes et vous avez tout notre soutien !! »

 

4/ - Quels sont les faits factuels à propos des deux anciennes procédures ?

Il y a lieu de rétablir l’exactitude des faits et des procédures en cours :

  • A Lyon, en avril 2022, un enfant de 4 mois avait été mordu par un autre enfant. Après que les équipes de la crèche ont été entendues par la brigade de la protection de l’enfance, les autorités ont acté la fin de la procédure. Les parents ont fait le choix de retirer leur enfant le jour même et la plainte a été classée sans suite. Notre Groupe n’a donc pas été inquiété dans le cadre de ce dossier qui a été reconnu sans aucun fondement. People&Baby a déposé une plainte pour diffamation le 18 juillet 2022 pour les propos tenus.
  • A Villeneuve d’Ascq, en mai 2021, une plainte a été déposée par une famille pour une soi-disant maltraitance sur l’un de ses enfants. La maman connait bien la crèche puisqu’elle a pu apprécier la qualité d’accueil du 1er janvier 2019 et le 9 aout 2021, avec son premier enfant bénéficiant d’un financement employeur. Pour l’arrivée des jumeaux, le papa exige le non-paiement de la part employeur, en insultant violemment l’une des commerciales. Néanmoins, People&Baby a décidé au contraire de prendre à sa charge la part employeur. Les parents n’ont eu qu’à s’acquitter de la contribution parents, ce qui ne sera pas fait car le solde de la prestation n’a toujours pas été payé.
    Suite à l’enquête préliminaire sur les traces rouges sur le cou, le dossier est d’abord classé sans suite, étayé par un rapport de la psychologue de la crèche décrivant l’enfant comme combatif et nécessitant un cadre autour de lui. Les 2 enfants sont à nouveau confiés à la crèche par les parents le des évènements, sans aucune mention d’accusation ou de signalement. Les professionnelles sont présumées innocentes. People&Baby dépose une plainte pour diffamation pour les propos tenus.

Nous comprenons que les parents essaient d’associer les autres parents pour rouvrir la procédure, mais les autres parents, satisfaits de l’accueil dans la crèche, refusent. La famille décide de les adjoindre sans leur consentement. La brigade des mineurs enquête en ce moment pour vérifier auprès de chaque famille l’absence de constat de maltraitance et leur refus d’être associé à cette plainte malgré eux.

 La famille continue de profiter de l’intérêt des médias lors de sa prise de parole en restant masquée pour lancer un appel à la délation via une adresse mail.

La directrice et la directrice adjointe seront convoquées par le Tribunal Judiciaire de Lille le 15 mars 2023 : elles sont présumées innocentes. Notre entreprise n’est aucunement mise en cause dans ce dossier. Une plainte en diffamation a été lancée par People&Baby contre les propos tenus.

Quoi qu’il en soit, nous n’avons et n’excuserons jamais le moindre comportement inadapté vis-à-vis d’un enfant.

 

5/ - Pourquoi le ratio d’encadrement ne peut-il jamais être dépassé ?

Il est de la priorité du Groupe, des équipes de crèches, de tous les professionnels, de respecter les ratios d’encadrement : les directions et chaque professionnel s’y engagent chaque année et signent des protocoles écrits. Nous disposons donc de 6 000 engagements individuels à respecter ces ratios.

Dans l’hypothèse où un professionnel serait absent, les enfants que l’on ne peut pas accueillir dans les ratios d’encadrement, sont refusés, le temps que les plannings soient adaptés, ou qu’un professionnel de l’équipe interne dit « volant » remplace l’absence imprévue.

Également, l’accueil en surnombre d’enfants en dehors des possibilités données par l’agrément préfectoral de chaque crèche et le décret n°2021-1131 30 août 2021, est strictement interdit chez People&Baby.

La protection maternelle infantile (PMI) a contrôlé 529 de nos établissements depuis 3 ans et n’a pointé aucun défaut d’encadrement.

Nous avons écrit à tous les organes de tutelles (PMI) pour solliciter de nouveaux contrôles inopinés et systématiques de nos crèches afin de confirmer les ratios d’encadrement, comme l’a suggéré Madame la Secrétaire d’Etat Charlotte CAUBEL.

Nous avons sollicité les mêmes contrôles systématiques pour tous les acteurs du secteur de la petite enfance.

 

6/ - Quelles sont les premières mesures prises depuis le drame survenu à Lyon ?

Le Groupe a pris des premières mesures fortes suite au drame du 22 juin et ce, en allant au-delà de la règlementation en vigueur déjà particulièrement stricte :

  • Même si la règlementation autorise un seul professionnel le matin et le soir avec 3 enfants présents, les crèches People&Baby ouvrent et ferment dorénavant avec 2 professionnels.
  • Même si la réglementation autorise dans des espaces hors de portée des enfants les produits caustiques, dorénavant, ces produits ne pourront plus être introduits dans les crèches sauf le strict temps de leur usage et devront être détruits après utilisation.
  • Même si la règlementation ne l’impose pas, toute personne en charge de la validation des recrutements pourra demander l’avis de l’un de nos 40 psychologues avant de confirmer le recrutement d’un nouveau collaborateur.
  • Même si nous dépassons la réglementation, nous autorisons chaque manager à solliciter à tout moment un entretien pour n’importe quel collaborateur avec l’un de nos 40 psychologues.

 

7/ - Pourquoi la qualité de vie au travail est-elle une priorité ?

La qualité de vie au travail est également la préoccupation première du Groupe qui œuvre pour offrir à ce jour 90 % des emplois en contrat à durée indéterminée pour 35h. Les parcours d’intégration, les formations continues, les analyses des pratiques avec l’un des 40 psychologues référents dépassent les obligations réglementaires. Des formations d’anglais petite enfance viennent de débuter pour 400 personnes. Depuis 15 ans, un vélo est proposé à l’embauche pour venir travailler. Nous œuvrons à rénover régulièrement le parc de crèches en grande partie déjà très récent, avec le déploiement systématique de climatisations, l’aménagement de cours et jardins dès que possible, ainsi que l’amélioration des salles de pause.

S’ils le souhaitent, les collaborateurs bénéficient d’une mobilité pour se rapprocher de leur domicile.

Ces conditions de travail et le fait d’être dans un espace d’accueil collectif d’enfants donnent à la crèche son caractère le plus sécurisant par rapport aux autres modes de garde. La maltraitance y est quasiment impossible, et est sanctionnée immédiatement par l’application de procédures strictes d’avertissements et de licenciements.

Tout comportement verbal ou/et geste inadapté est strictement prohibé conformément aux valeurs de l’entreprise, au projet éducatif socle et aux procédures obligatoires signées par tous.

Nous rappelons que nous disposons d’un système d’alerte et de vigilance pour tout comportement inadapté constaté avec :

Les parents aussi prennent une part active aux réunions, échangent avec les directions et les professionnels au quotidien. L’autosurveillance est permanente en accueil collectif, et le signalement de tout comportement inadapté auprès d’un enfant (verbal ou physique) est immédiatement recadré et, le cas échéant, sanctionné par une mise à pied.

 

8/ - Quelle est l’attractivité du Groupe vis-à-vis des professionnels de la Petite Enfance ?

Le marché du travail est certes sous pression sur quelques zones géographiques pour l’ensemble des acteurs du secteur de la petite enfance, privé, associatif et public, mais nous avons la particularité d’être le seul Groupe familial indépendant du secteur. Nous attirons donc de nombreux talents sur l’ensemble du territoire et notamment grâce à notre projet pédagogique innovant et notre capacité à faire progresser nos collaborateurs.

La dynamique du projet Art et Nature, portée par une équipe dédiée de 10 artistes, donne un nouvel axe depuis 18 mois et forme les professionnels à de nouvelles activités créatives avec les enfants.

De plus, près de 8 000 formations ont été dispensées en 2021 au-delà des formations obligatoires.

Ces actions renforcent l’attractivité du Groupe qui enregistre cette année près de 20% de candidatures spontanées supplémentaires, lui permettant ainsi un plus grand choix pour ses recrutements.

Le Groupe familial bénéficie d’une très bonne réputation des entreprises, des mairies et des autorités de contrôle. Les parents aussi saluent le travail des équipes par un taux de satisfaction (suite à des enquêtes) toujours supérieur à 95% depuis 3 ans.

 

9/ - Comment le Groupe People&Baby commande-t-il ses repas pour les enfants ?

La procédure de commande est centralisée par les équipes du siège du Groupe selon le nombre d’enfants prévus au planning, et n’est en aucun cas préparée par la directrice dans le logiciel de commande.

Cette dernière peut ajuster le nombre de repas de la semaine à venir jusqu’à 3 jours avant la commande définitive.

Aucune consigne du siège n’est donnée à la directrice concernant le rationnement des commandes.

Bien au contraire, People&Baby a livré 8% de repas supplémentaires en moyenne en 2021 par rapport à la présence réelle des enfants, et plus de 10% pour l’exercice 2022.

100% des repas chez People&Baby comportent 50% d’aliments bio, locaux et frais, pour tous les enfants. People&Baby est le seul groupe indépendant à fournir ce niveau de prestation.

Le bien-être des enfants que nous accueillons chaque jour est notre unique priorité et prétendre que nous rationnons leurs repas est indigne.

 

10/ - People&Baby, unique groupe indépendant familial.

People&Baby est l’unique groupe 100% indépendant et familial sur le territoire français depuis 18 ans.

Aussi, People&Baby ne peut pas être assimilé un groupe de maisons de retraite et ce pour plusieurs raisons :

  • Tout d’abord, l’actionnariat de ce type d’établissement (parfois côté en bourse) attend généralement un rendement financier immédiat par le versement annuel de dividendes.
  • Ensuite, contrairement aux EHPAD, l’autosurveillance est permanente. Que ce soit en accueil collectif, par l’équipe elle-même et sa direction, par sa coordinatrice, par les intervenants divers (musicien, conteur …) et pour finir, deux fois par jour, par les parents qui amènent et récupèrent leurs enfants.
  • Enfin, à la différence des maisons de retraite, les contrôles de PMI et CAF sont fréquents.

People&Baby est membre de la Fédération des Entreprises de Services à la Personne et préside la commission Petite Enfance.

People&Baby n’appartient pas à la Fédération Française des Entreprises de Crèches (FFEC), dont les plus grands acteurs appartiennent, en large majorité, à des fonds d’investissements.

People&Baby est une entreprise française 100% indépendante et familiale, qui n’a jamais versé un euro de dividende aux actionnaires depuis sa création il y a 18 ans. Elle a au contraire investi en permanence pour créer de nouvelles places de crèches et servir toujours davantage de familles, avec la création de plus de 6 000 emplois en France.